Ellis de Jong

J’ai commencé à peindre le jour où on m’a mis un pinceau dans la main, mais au centre « De Vinken », cela fait maintenant environ 4 ans que je suis actif.

J’ai toujours été un dessinateur compulsif. Cependant, après une longue période de profonde dépression, j’avais perdu toute ma créativité. C’était comme une petite mort. Finalement, je me suis retrouvé à « De Vinken », mais j’essaie encore de reconquérir une grande partie de moi-même.

Au début, j’ai éprouvé quelques difficultés à me défaire de mon passé académique et à m’autoriser à opter pour des sujets plus féériques. En outre, si cela ne tient qu’à moi, je peux dessiner autant d’oiseaux que je veux. Je n’ai aucune illusion quant à l’Art avec un grand A ; mon objectif est de satisfaire un besoin personnel que j’éprouve manifestement. J’ai de moins en moins d’empressement, je ressens de moins en moins de pression et j’ai de moins en moins à prouver. Et, apparemment, mon œuvre y trouve son compte.

 Mes techniques actuelles sont la linogravure, la pointe sèche et l’eau-forte.

Je n’ai jamais exposé, hormis à l’occasion des portes ouvertes biennales de « De Vinken ».

Je m’intéresse à l’ornithologie et à la culture populaire. Je ne suis pas croyant, mais la tension entre l’histoire, le folklore et la magie, que je perçois dans la dévotion populaire, m’attire fortement.

Dans la série « Heiligen (les Saints) », rien n’est inventé. Il s’agit de véritables saints, mais pas forcément de saints officiels. Certains d’entre eux, comme Sara e Kali et Guinefort n’ont rien à voir avec la religion catholique. Ils remontent à des temps plus anciens. La relation entre la sainteté et la santé (mentale) est abordée et certains récits m’ont touché par leur humour. L’humour, qu’il soit noir ou non, occupe une place prépondérante dans l’art tel que je le conçois.

Bien entendu, la nature est une source inépuisable d’inspiration, de par sa fragilité et la proximité de la vie et de la mort. J’ai un attrait particulier pour les oiseaux, des êtres fragiles emplis de vie nerveuse.

L’exercice de cette activité artistique fait partie intégrante du processus de guérison et c’est une façon d’occuper mes journées qui m’est véritablement indispensable. C’est littéralement vital pour moi.

Expositions

Atelier

  • De Vinken - Lange Lozanastraat 60-62 2018 Anvers

Partager