MéTiCé

Vers la trentaine, MéTiCé a repris les pinceaux de son enfance. Elle a fréquenté les académies de Wavre et de Braine L’Alleud, avant de se lancer dans une démarche plus personnelle.

Dans un premier temps, elle a expérimenté, recherché à intégrer dans ses tableaux, les matériaux les plus divers. On pouvait y percevoir de la paille, de l’herbe, du papier journal, des cartes géographiques, du sucre, des pâtes… tous les matériaux du quotidien.

Et puis, progressivement, la matière s’est estompée au profit de la couleur. Les tons sont devenus chauds, chaleureux. 

Les superpositions des teintes et des matières, tour à tour, transparentes ou opaques, produisent une cohérence. D’une étape à l’autre, la toile est enduite de colle et de pigments, puis séchée, grattée, retravaillée, puis rehaussée par de l’acrylique blanc. La toile ensuite se craquelle sous l’effet de la colle pour donner un effet d’unité.

A certains endroits, la toile réapparaît ; à d’autres, un léger relief rend le tableau encore plus cohérent.

L’introspection, le besoin de s’approprier la toile avec intensité, puis de laisser des traces de sa recherche, lui est devenu indispensable.

C’est de la peinture vitale.

Le thème « Le Passage » s’est imposé de lui-même ; il plonge le spectateur dans le réel. Les ouvertures, les passerelles, les escaliers l’invitent à partir ailleurs dans le rêve.

On entre dans la peinture, on s’enfonce dans un ailleurs, dans un paysage imaginaire qui ne serait le reflet d’aucune réalité connue.

L’artiste a su nous faire partager sa sensibilité et sa créativité qu’elle a su maîtriser. Ses tableaux donnent une impression de plénitude, de force et de chaleur.

Exhibitions

Partager